Dolce Vita ♣


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez|

» Le soleil s’est levé et la réalité s’est installée ♦ Cassi'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité

Invité



MessageSujet: » Le soleil s’est levé et la réalité s’est installée ♦ Cassi' Lun 30 Aoû - 15:40



de luca, cassiopee andreas bianca

    FEAT. SELENA GOMEZ


▬ Age ; 19 ans
▬ Activité & Profession ; Étudiante en Droit & Mannequin
▬ Qualités - défauts ; Altruiste, Indépendante, Douce, Drôle, Persévérante, Râleuse, Nerveuse, Sensible, Maladroite, Impulsive, Bavarde, Rêveuse, Sportive
▬ Hobbies ; Photographie, Musique, Baseball & Football, Jogging, Cuisine, Cinéma, Shopping...
▬ Statut amoureux ; Célibataire
▬ Orientation sexuelle ; Hétérosexuelle
▬ Groupe ; Juliette in Pericolo
▬ Avatar ; Selena Gomez
▬ Crédit ; Dreams






l'histoire ;


ANDREAS Qu’est-ce que tu lui as fais ? Tu lui as fais boire un filtre c’est ça ?
CALLIOPEE Andy il faut vraiment que tu arrêtes de regarder la télévision, ça ne te réussi réellement pas !
ANDREAS Très drôle… Mais sérieusement Thybalt n’a jamais regardé quelqu’un aussi longtemps que toi…

Calliopee regarda discrètement l’endroit où sa meilleure amie avait le regard rivé. Assit sur une table en bois, une table parmi tant d’autre dans ce lycée, elle remarqua que les dires d’Andreas était réels. Cheveux bruns dans le vent, en bataille, une peau matte si parfaite et un regard d’un bleu électrique qu’il vous glaçait le sang. Calliopee était toujours si captivée par ce gars, Thybalts De Luca, il était nouveau à Venice et quasiment personne ne savait quoi que ce soit sur lui. C’était ce qui avait intriguée Calliopee dès le début, tout ce mystère autour de ce garçon, autour de ce nom qui semblait réveiller quelque chose chez ses parents lorsqu’elle en parlait le soir. L’adolescente baissa les yeux, elle détestait qu’on la regarde ainsi, même venant de Thybalt. Jouant nerveusement avec ses longs cheveux châtains ondulés, Calliopee fixa longuement la table en bois devant laquelle elle était assise, repensant à ce jour où sa curiosité avait été si grande qu’elle aurait pu être un danger pour elle… Calliopee était entrée dans le secret sans le vouloir, uniquement parce qu’elle avait bien trop curieuse. Elle l’avait suivit jusque chez lui, ce qu’elle ne faisait jamais, elle avait été la plus discret possible et ignorait encore comment elle avait fait pour ne pas être repérée. La maison dans laquelle vivait les De Luca était sans aucun doute la plus grande Venice, même plus grande que sa propre maison alors qu’elle était la fille du Maire actuel. Une maison de type victorienne avec d’imposante colonne en marbre blanc qui avaient eu comme effet d’éblouir Calliopee qui avait parcouru la longue allée entourée d’immense pelouse verte la tête en l’air à regarder chacune des fenêtres face à elle. Pourtant personne ne l’avait ni vu ni entendu, un vrai exploit pour la reine de l’indiscrétion. Elle n’avait pas même frappée, elle s’était contentée de pousser l’immense porte en bois et d’entrer sans faire de bruit pour gravir les marches du même matériaux que les colonnes. Elle avait entendu des voix et s’était cachée, Calliopee avait espionné la conversation malgré elle pour finalement faire tomber un objet et alerter les deux hommes dans la pièce qui l’avaient trouvé. Lorsqu’elle avait décliné son identité, lorsqu’elle avait avouer être Calliopee Gennario le visage des deux hommes avaient changé, Calliopee n’arrivait encore pas à les décrire aujourd’hui mais ils lui avaient juste fait promettre de ne rien dire et aujourd’hui l’adolescente avait comme l’impression que si Thybalt la fixait autant c’était pour la surveiller mais…

ANDREAS Calli’ ? Andreas passa une main devant le visage de son amie, l’agitant devant ses yeux pour vérifier qu’elle était toujours avec elle. Hey !? T’es toujours avec moi ?
CALLIOPEE Oui… excuse-moi je pensais…
ANDREAS Ça je m’en étais rendue compte, merci ! Mais je disais donc : il y a quelque chose entre vous deux ? Quelque chose dont tu ne m’aurais pas parlé ?
CALLIOPEE Quoi ? Non… il n’y a absolument rien entre nous, je te l’auras dis voyons !

Mais… Calliope mentait que trop bien à présent, elle avait de l’expérience à présent, être dans le secret de la famille De Luca aidait beaucoup à mentir, à savoir cacher des choses à toutes personnes sans jamais créer le moindre soupçons sur les dires prononcés. Bien sûr qu’il y avait quelque chose entre Thybalt et elle, Calliopee connaissait la véritable identité des membres de sa famille, c’était quelque chose qui les avait beaucoup rapproché, car si le jeune homme la surveillait ce n’était pas uniquement pour s’assurer que Calliopee n’irait pas dévoiler le secret mais bien pour la protéger également, être sûr que pour elle tout irait bien. Sans le vouloir, Calliopee était entrée dans la famille des De Luca, elle en était une et ce pour toujours et quoi qu’elle fasse.

♦️♦️♦️

Calliopee entra dans la chambre en courant, la poussant avec tant de force qu’elle alla frapper violemment contre le mur, créant un puissant bruit de fracas dans toute la villa. Elle sentait son cœur battre à toute vitesse, son sang tapait avec force dans ses tempes au poing qu’elle ne parvenait même plus à saisir ce qu’il se passait autour d’elle. Son esprit était focalisé sur une seule et unique chose : ses filles. Personne n’avait rien vu venir, tous n’avait fais que penser que cette menace n’en était qu’une de plus pour cette famille. Calliopee n’avait pas voulu y croire pour la simple et bonne raison qu’elle ne pouvait concevoir le fait que l’on puisse s’en prendre à de tels petits êtres. Mais le silence dans la villa des De Luca avait réveillé son inquiétude, à cette heure de l’après-midi ses filles ne cessaient de gazouiller, allant même jusqu’à pleurer pour que l’on s’occupe enfin d’elles en ayant assez de dormir. Mais il n’y avait eu aucun bruit, aucun pleur. Calliopee regarda autour d’elle, comme pétrifiée à présent. La chambre de Cassiopee et Calypso était tellement grande qu’elle avait toujours eu peur de voir une telle situation se produire, après tout dans une pièce si grande il était si simple d’enlever des enfants aussi jeunes que ses filles. La jeune femme chercha du regard ses filles, les lits étaient vides ne faisant qu’accélérer encore plus son rythme cardiaque. Bougeant enfin de l’endroit où elle se trouvait, Calliopee chercha dans tous les recoins de la chambre, persuadée que dans tous les cas elle ne retrouverait pas ses filles, le fruit de ses entrailles, son sang et sa chair. Calliopee sentait les larmes picoter ses yeux, sa vue se brouillait tandis que ses membres commençaient à trembler. Un bruit. Calliopee se retourna doucement, tremblant de plus en plus, craignant que le kidnappeur de ses filles soit encore des les parages. Prenant son courage à deux mains, la jeune femme se dirigea discrètement vers le dressing dans le fond de la pièce. D’une main tremblant elle fit glisser la porte coulissante, se mettant sur le côté pour ne pas être vue. Personne. Calliopee baissa rapidement les yeux et voyant deux petites ombres par terre, ses nerfs lâchèrent, les larmes coulèrent le long de ses joues tandis qu’elle se baissait pour prendre ses filles contre elle. Cassiopee et Calypso posèrent leurs petites mains doucement sur les joues humides de leur mère, du haut de leurs trois ans les petites filles ne comprenaient pas la frayeur que venait d’avoir leur mère. Calliopee garda ses filles contre elle, si rassurée de les savoir encore avec elle. D’un pas sûr et rapide, elle quitta la chambre, passa dans le grand hall vitré dans la villa et arriva rapidement dans le salon où Thybalt discutait avec son père. Cela tombait très bien que ces deux hommes soient présents, les choses allaient rapidement être mises au clair.

THYBALT Calli’ ? Mon dieu mais qu’est-ce qui se passe ? Thybalt s’éloigna de son père pour s’approcher de sa femme, passant doucement une main dans les cheveux de ses filles tout en regardant Calliopee. Pourquoi ses larmes ?
CALLIOPEE Je veux quitter Venise, je veux m’éloigner de cette vie ! La jeune femme continuait de pleurer malgré elle, même sa fierté ne parvenait pas à calmer le flot de perles salées qui coulaient encore et encore. Elle sentie le regard froid de son beau-père se poser sur elle. Cessez de me regarder ainsi ! Je continuerais de garder votre secret mais je ne veux pas être sans cesse effrayée de perdre mes filles, alors soit vous me laissez partir soit vos tendres petites filles seront perpétuellement en danger !
THYBALT Calli’ on en a déjà parlé, tu sais que…
CALLIOPEE Je me fiche royalement de ce que tu penses, je pars avec ou sans toi ! Loin d’ici je me sentirais bien plus en sécurité, loin de cette famille, loin de cette ville !


Questionario

    Si il y a bien une chose que tu ne dois absolument pas savoir sur moi, c’est que je dors toujours avec mon doudou. Oui, je dors encore avec mon doudou et tu sais quoi ? J’en ai pas honte… Et toi, t’as un secret ? De toute façon, t’es obligé de me le dire car tu ne voudrais pas que je pleure, hein ?
    ♦️ Ta réponse : Mon secret ? Je suce mon pouce… Quoi ? Bon d’accord ce n’est pas vrai. On possède tous des secrets pas vrais ? Bah mon premier secret n’est pas totalement le mien, en faite j’ai surprit mon charmant géniteur avec une autre femme… C’est sympathique pour ma mère n’est-ce pas ? Bref, je garde cette relation secrète ce qui est l’un de mes secrets, même ma sœur l’ignore pour vous dire… Mais mon plus gros secret ne concerne que mon actuellement, malheureusement il devrait se savoir d’ici quelques mois puisque je suis enceinte, oui à dix-neuf ans ça fait plutôt mal… Que voulez-vous… je ne suis pas parfaite…

    Quand j'étais petit je rêvais d'être astronaute, après j'ai compris que c'était pas trop possible donc j'ai décidé de devenir médecin. Mais comme je suis trop con je fais facteur. Bon sinon je continue toujours de jouer à euro million parce qu'avouons le, j'aimerais bien ne plus avoir à bosser du tout. Et toi, quelles ont été les ambitions de ta vie et tes projets d'avenir ? Tu suis quelle étude ou tu bosse dans quoi ? Dis moi tout, je suis friand de ragots.
    ♦️ Ta réponse : Petite je rêvais de devenir princesse et le premier qui se moque je le mords ! Non mais vraiment j’ai des crocs alors fait gaffe à ton derrière ! Après j’ai souhaité devenir médecin mais les mathématiques et moi ça fait… houlà ! Beaucoup ! Finalement j’ai dévié vers le droit qui est devenu l’une de mes passions, je rêve de devenir avocate ou substitut du procureur et crois-moi j’y parviendrais. Ou alors je continuerai sur la voie du « showbizz » étant mannequin à mes heures perdues, mais ça m’étonnerait ce n’est pas quelque chose dont je suis fan, mais qu’est-ce que je ne ferais pas pour mes parents hein ?

    Tu sais quoi ? J’ai jamais autant aimer une personne que je l’aime lui. Il est tout simplement parfait, charismatique et super riche. Tu ne vois pas de qui je parle ? Ben de moi idiot. Si je pouvais me marier avec moi-même, je l’aurais fait depuis belle lurette, et ici même à Rome. Car tu sais quoi ? L'amour c'est LE sentiment que j'aime le plus haut monde, et ca tu ne me le fera pas changer d'avis. Et toi, avec qui veux-tu passer le reste de ta vie, pour le meilleur et pour le pire, et avoir ton happy end ? L'amour, c'est quoi pour toi ? Un défilé de filles différentes dans ton lit ou rêver de voir ton âme sœur dans une belle robe blanche ? Et n’oublie pas de me dire, quel est la ville la plus romantique pour toi * ne t’inquiète pas, je ne te piquerais pas ta ville, j’ai déjà la mienne *.
    ♦️ Ta réponse : L’amour… pour moi ce n’est rien de bien passionnant, ça amène juste des problèmes. Ma famille n’a jamais été un modèle il faut bien le dire, et moi j’ai suivit la cadence et me faisant avoir par deux garçons, le dernier en liste m’a également mis enceinte… Pour moi l’amour ce n’est qu’un rêve, comme croire au Père Noël… Alors je préfère ne pas me poser et m’amuser, peut-être qu’un jour je changerais d’avis, que je me marierai dans une magnifique robe blanche créer par les soins de ma sœur dans la plus belle église de ma ville natale, à Venise. En attendant je reste à Rome…




a viso aperto chi sono ?
▬ Pseudo ; Blini
▬ Âge ; 18 ans et quelques mois...
▬ Où avez vous connu le forum ; Par mail oO'
▬ Remarques ; J'aime le design, il est magnifiquement beau quoi *bave*
▬ Niveau d'activité et RP ; Normalement je devrais être assez souvent présente, mais après tout dépendra des cours =)), quant au Rp je fais un minimum de quarante lignes le plus souvent.
▬ Code du règlement ; Poisson rouge




©️ Tous droits réservés.
Forum&Concept by Pauline.


Dernière édition par Cassiopee De Luca le Mar 31 Aoû - 21:45, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: » Le soleil s’est levé et la réalité s’est installée ♦ Cassi' Lun 30 Aoû - 15:41


l'histoire (la suite) ;


« Cassiopee Andreas Bianca De Luca. J’ignore encore comment ma carte d’identité peut contenir autant de prénoms. Mes parents auraient pu se contenter de deux prénoms, mais non. Andreas… la défunte meilleure amie de ma mère, une amie de longue date morte étrangement dans un accident de voiture sans plus d’explications. Même ma mère est restée dans le vague lorsqu’elle me parla de cette femme curieuse dont j’avais hérité le prénom. Bianca, ma grand-mère maternelle, une jeune femme forte dont mon père avait toujours été proche, pas étonnant qu’il ait tant insisté pour que ce prénom figure également sur mon acte de naissance. Cassiopee… chez les Gennario la tradition veut que toutes les femmes possède un prénom commençant par la lettre « C » et évidemment pour ma part je n’y ai pas échappé. Voilà donc rapidement l’explication de mon identité. Je suis née le quinze février mille neuf cent quatre-vingt onze à Venise alors que mes parents étaient tout deux âgés de vingt-quatre ans, une surprise pour ma mère qui était persuadée d’être dans l’incapacité de procréer, du moins c’était ce que son médecin lui avait affirmé. Ma famille, je me suis souvent demandée si elle n’avait pas regardé un petit peu trop le Parrain, ou si la mafia n’était pas une passion… Les De Luca, un nom tout de même assez connu lorsque l’on habite Venise depuis un petit moment. Le plus souvent tout passe par eux, même le Maire de la ville se trouve être une personne ridicule à côté du patriarche De Luca. Si j’avais pu faire un choix, je n’aurais sans doute pas choisit de vivre dans cette famille. Pourtant j’ai été le lien qui a uni mes deux familles, les Gennario étaient respectés des De Luca mais pas au point d’être de bons amis, la méfiance faisait partie de leur quotidien, alors ma naissance changea quelque peu la donne. Pourtant je n’ai pas passé mon enfance auprès de ma famille, j’ai même grandit loin de Venise, loin de l’influence néfaste des De Luca simplement parce que ma mère en avait fiat la demande… ou plus exactement qu’elle l’avait ordonné. Le secret. C’est une chose très importante dans cette famille, simplement parce que certaines choses y sont faites alors qu’elles ne le devraient pas. Ma mère entra dans ce secret à cause d’une trop forte curiosité, mettant mon existence en danger, bien qu’une telle chose mais toujours fais sourire. Pourtant ce fut tout de même le déclencheur, les menaces pesant sur ma personne étaient trop fortes pour le caractère sensible de ma mère. Rome. Ce fut là-bas que j’ai passé la plus grande partie de mon existence et à vrai dire à l’heure actuelle je reste attachée à cette ville si merveilleuse. Une nouvelle vie commença pour mes parents, mon père monta doucement une société qui prit de l’ampleur doucement, devenant un PDG d’une société d’import-export assez connu en Italie, tandis que ma mère se contentait de son métier de photographe. J’ai quelque peu grandit avec une cuillère en argent dans la bouche, pourtant ce même argent a toujours été très bas dans l’échelle de mes priorité, après tout je n’étais qu’une enfante bien plus passionnée par l’école et les dessins animés que par la pensée de gagner de l’argent. Mon éducation a toujours été quelque chose d’important, même si par moment l’école m’ennuyait, je me devais de suivre chacun de mes cours sans rien dire avant que mon professeur comprenne qu’en réalité mon niveau intellectuel était plus élevé, que la classe dans lequel je me trouvais à l’époque était bien trop simple pour moi, d’où mon ennui. J’avais sept ans cette année-là et je me voyais propulsée dans une classe au niveau supérieur de quoi me tenir en haleine sans cesse, mais la compétition j’aimais en tant que petite sportive en herbe. Gymnastique, football et natation ont toujours été mes sports de prédilection bien que le dernier fut et est encore mon favori. Pourtant malgré l’avance intellectuelle dont je faisais preuve je n’en restais pas moins une enfant comme les autres, grandissant doucement mais enchaînant les bêtises simplement pour voir où mes parents avaient placés les limites, testant toujours plus leur patience, comme tout le monde après tout. Mais il faut croire qu’une enfance normale ça ne convenait pas à mes parents qui voulaient me faire connaître, ce que je ne suis jamais parvenue à comprendre. J’avais à peine treize ans lorsque ma mère me fit participer à un concours pour devenir mannequin. Pour moi ce n’était qu’un moyen de m’occuper, une sorte de sport en beaucoup moins fatiguant, du moins au début. Ma carrière de mannequin commença ainsi et tandis que je grandissais mon importance pour les marques célèbres de vêtements et autres cosmétiques augmentait également, pourtant encore à présent le mannequina est loin d’être une passion pour moi. Je n’étais qu’une adolescente, je voulais seulement m’amuser, profiter de ma jeunesse et réussir dans mes études. Au moins j’étais douée pour ça et même si ma vie était loin d’être aussi commune que celle de mes amis, pourtant alors que mes seize ans étaient largement atteint un premier secret vint faire son apparition dans mon existence… »

♦♦♦

Cassiopee remit correctement la lanière de son sac sur son épaule. Tous les livres qui se trouvaient à l’intérieur pesaient si lourd que son épaule lui faisait un mal de chien. Mais l’adolescente souffrait en silence, de toute manière il ne lui restait qu’une centaine de mètre avant de parvenir à sa maison. La rue dans laquelle vivait les De Luca était calme, sa mère y avait tenu lorsqu’ils étaient arrivés à Rome alors que Cassiopee n’avait que trois ans. C’était une maison charmante mais très similaire à toutes celles qui se trouvaient également dans ce quartier. Cassiopee accéléra le pas, impatiente de pouvoir poser cet affreux sac à terre afin de masser son épaule et souffler un peu avant de son plonger dans ses leçons. Un petit vent frais vint soulever ses cheveux, lui donnant encore plus de courage pour marcher plus vite. La jeune fille tourna à droite pour arriver dans un cul de sac, c’était le bout de la rue, le bout du bourg où se trouvaient trois maisons quasiment identiques, la seule chose qui les différenciait était leur grandeur. Cassiopee s’arrêta devant le portail en bois de la plus grande… évidemment. Sa main se posa sur la poignée tandis qu’elle poussait déjà le portail pour entre dans la petite allée. Continuant de marcher rapidement, elle ne fit pas même attention au fait que la voiture de son père se trouvait dans l’allée, gravissant tête baissée les quelques marches menant à la porte d’entrée. Cassiopee glissa la clé dans la serrure, la tourna deux fois et tandis que sa main se posait sur la poignée l’adolescente se stoppa net comme pétrifiée. Doucement sa tête se tourna vers la gauche en direction de la voiture de son père. Des ombres étaient entrées dans son champ de vision éveillant sa curiosité. Pourtant avec la buée qu’il y avait à l’intérieur elle peinait à reconnaître les personnes se trouvant à l’intérieur, peut-être était-ce sa sœur, bien qu’elle ne voyait pas ce que Calypso pouvait bien faire là-dedans. Fronçant légèrement le nez, forçant sur ses yeux Cassiopee porta une main à sa bouche pour étouffer un hoquet de stupeur. Ça non ce n’était pas sa sœur ! Mais bien son père et la femme qu’il embrassait langoureusement n’était pas sa mère. Leurs regards se croisèrent. Le père et la fille se regardèrent avec insistance malgré le verre et le métal qui les séparaient. Cassiopee poussa la porte de la maison et la claqua et force avant de monter les marches menant à sa chambre, jetant son sac près de son bureau une fois dans la pièce. Elle bouillonnait à l’intérieur et était prise par une furieuse envie de tout casser autour d’elle. Elle entendit la porte d’une voiture claquer, puis celle de la maison avant d’entendre des pas dans les escaliers. Instinctivement elle croisa ses bras sur sa poitrine, le regard rempli de colère, face à la porte grande ouvert de sa chambre devant laquelle son père apparu.

THYBALT Cassi’ je vais t’expliquer ce…
CASSIOPEE Ce n’est pas ce que je crois ? Coupa Cassiopee, toujours furieuse contre son père. Oui c’est vrai que je suis stupide au point de ne pas savoir faire la différence entre ta langue fourrée au fond de la gorge de cette pétasse et une discussion entre collègues de travail !!
THYBALT Je t’interdis de me parler ainsi Cassiopee ! Tu ne sais rien !
CASSIOPEE Et crois-moi je ne veux pas savoir ! Tu n’as aucune excuse et je parle comme j’en ai envie surtout lorsque j’ai en face de moi une personne pas même capable de se remettre en question ! Je ne suis pas idiote, pas plus que Caly’, on sait pertinemment qu’entre toi et maman ça ne va pas mais là… là tu tombes bien bas ! Cassiopee s’approcha de son père, le pointant du doigt. Elle l’avait toujours beaucoup aimé, après tout il était son père, il était là pour protéger sa famille, aimer ses enfants et chérir sa femme, alors que là il se montrait plus ou moins en public avec une écervelée tout juste bonne à tenir un dossier. Voyant son père sur le point de parler, la jeune fille lui fit signe de n’en rien faire. Je te vois venir ! Ne t’inquiète pas je ne dirais rien à personne mais pas pour toi, uniquement parce que je ne veux pas voir ma mère souffrir pour tes erreurs stupides, parce que c’est ce que tu es ! Maintenant sors de ma chambre et avant que tu dises quoi que ce soit, tu es sans aucun doute l’adulte mais uniquement par l’âge parce qu’intellectuellement tu ne vaut pas mieux qu’un gamin de dix ans !

L’adolescente regarda son père avec encore plus de fureur que quelques instants auparavant. Thybalt resta silencieux, à la fois surprit par les propos de sa fille et conscient de la vérité qu’ils avaient. Cassiopee soutint son regard, les bras de nouveau croisés contre la sa poitrine. Elle s’approcha de nouveau de son père mais dans l’unique but de claquer la porte au nez de Thybalt.

♦♦♦

« … ma famille n’a jamais été un modèle, je le sais depuis toujours mais j’ai toujours voulu croire que toutes choses pouvaient s’arranger, j’étais sans doute trop naïve à cette époque, mais l’infidélité de mon père m’a rapidement remit les idées en placent. J’ai toujours tenu ma promesse et je la tiens encore, ni ma mère, ni ma sœur ne sont au courant pour cette liaison que mon père a eu par le passé. Pourtant remarquer que quelque chose n’allait pas aurait pu être si évidant, ma relation avec mon père n’a cessé de se dégrader au point qu’aujourd’hui il n’est plus qu’un inconnu pour moi, je ne le reconnais plus et je ne veux pas le reconnaître. Pour ma part j’ai continué à grandir avec un secret au départ pesant mais qui devint une pensée dans mon quotidien. J’ai continué à suivre sérieusement mes cours, parvenant à quitter le lycée diplômée, deuxième de ma promotion m’ouvrant les portes de nombreuses universités et ce fut le droit que je choisis. L’université… ce fut une nouvelle vie pour moi, de nouvelles rencontres et une indépendance. En avance d’un an sur ma scolarité, ayant sauté une classe par le passé, j’ai tout de même tenu à m’éloigner de ma famille, à prendre un appartement pour avoir l’impression d’être la plus indépendante possible et avouons qu’enchaînant les petits amis c’était bien plus pratique que continuer de vivre sous le toit de mes parents. En parlant d’eux d’ailleurs, je me suis fait avoir par deux fois, une fois au lycée ce qui n’était qu’une erreur de jeunesse ce qui ne fut pas réellement le cas du deuxième garçon. Pour moi il était le bon, j’étais folle de lui, je me voyais déjà très loin dans le futur avec lui alors que ce jeune homme se voyait déjà très loin dans le lit de ma colocataire et il n’a pas attendu bien longtemps pour s’y glisser, manque de chance je les ai pris sur le fait ! Une vraie déception pour moi, une chute de plusieurs mètres dont il fut difficile de me relever, une chance que ma mère et ma sœur étaient là pour moi. Mais comme si un malheur ne venait jamais seul, il y a un mois j’ai commencé à me sentir mal, allant chez le médecin faire des prises de sang pour être sûre que ce n’était rien de bien grave. Imaginez donc ma surprise en ouvrant l’enveloppe m’annonçant que j’étais officiellement enceinte, à tout juste 19 ans ! Un secret de plus dans ma vie, du moins celui-là je l’ai partagé mais ma vie risque d’être quelque peu chamboulée malgré tout… »


Dernière édition par Cassiopee De Luca le Mar 31 Aoû - 21:44, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas

ADMIN ♧ mais vous pouvez aussi m'appeler Dieu.

Mes Messages : 601
Mon Arrivée : 19/07/2010
Mon Prénom : Cécile
Mon Âge : 25



sara perché ti amo.
♣ Âge du Perso: 26 ans ½
♣ Je: suis un célèbre écrivain, auteur de nombreux best sellers
♣ Carnet d'Adresses:

MessageSujet: Re: » Le soleil s’est levé et la réalité s’est installée ♦ Cassi' Lun 30 Aoû - 15:43

Bienvenue parmi nous :)
Bonne chance pour ta fiche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: » Le soleil s’est levé et la réalité s’est installée ♦ Cassi' Lun 30 Aoû - 15:44

Bienvenue =D
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: » Le soleil s’est levé et la réalité s’est installée ♦ Cassi' Lun 30 Aoû - 15:45

Aaah Ed et Ash'
Merci à vous deux =))
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: » Le soleil s’est levé et la réalité s’est installée ♦ Cassi' Lun 30 Aoû - 15:55

Selly ♥♥
Bienvenue sur le forum =D
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: » Le soleil s’est levé et la réalité s’est installée ♦ Cassi' Lun 30 Aoû - 16:19

KStew
Merciii <33

EDIT : Serait-il possible de me réserver Selena s'il vous plait ? Parce que je dois y aller et même si je pense avoir terminé ma présentation demain soir je ne voudrais pas qu'elle me passe sous le nez =S, en tout cas merci d'avance =))
Revenir en haut Aller en bas

ADMIN ♧ mais vous pouvez aussi m'appeler Dieu.

Mes Messages : 601
Mon Arrivée : 19/07/2010
Mon Prénom : Cécile
Mon Âge : 25



sara perché ti amo.
♣ Âge du Perso: 26 ans ½
♣ Je: suis un célèbre écrivain, auteur de nombreux best sellers
♣ Carnet d'Adresses:

MessageSujet: Re: » Le soleil s’est levé et la réalité s’est installée ♦ Cassi' Lun 30 Aoû - 16:21

Je te la réserve :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ADMIN ♦ une reine n'a pas le droit de maltraiter ses sujets, quoique ... :p

Mes Messages : 349
Mon Arrivée : 19/07/2010
Mon Prénom : Pauline
Mon Âge : 27



sara perché ti amo.
♣ Âge du Perso: 23 ans
♣ Je: suis étudiante en droit, serveuse au Caffe Fiume et comédienne à mes heures perdues.
♣ Carnet d'Adresses:

MessageSujet: Re: » Le soleil s’est levé et la réalité s’est installée ♦ Cassi' Lun 30 Aoû - 18:51

BIENVENUE
Merci de ton inscription, sur Dolce Vita.
Si tu as le moindre soucis n'hésite pas à nous contacter.
Bonne Continuation =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dolcevita.jeun.fr

    admin' ♠ « Tuer ou être tuer... »


Mes Messages : 224
Mon Arrivée : 19/07/2010
Mon Prénom : Morgane
Mon Âge : 26



sara perché ti amo.
♣ Âge du Perso: 24 anni
♣ Je: suis une de celle que vous aimer quand je vous sauve la vie, et une de celle que vous détester quand je vous met en prison. Et oui, je suis agent de police, possédant ma propre équipe. Je suis brillante je l'affirme alors fait gaffe car je rêve qu'une seule chose : te passer les menottes.
♣ Carnet d'Adresses:

MessageSujet: Re: » Le soleil s’est levé et la réalité s’est installée ♦ Cassi' Lun 30 Aoû - 19:48

    Bienvenue a toi x)
    Bonne chance pour la suite de ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: » Le soleil s’est levé et la réalité s’est installée ♦ Cassi' Mar 31 Aoû - 11:24

Bienvenue (:
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: » Le soleil s’est levé et la réalité s’est installée ♦ Cassi' Mar 31 Aoû - 21:45

Mercii *brille*
Haaan Iann

EDIT : Ma fiche est terminée =))
Revenir en haut Aller en bas

    admin' ♠ « Tuer ou être tuer... »


Mes Messages : 224
Mon Arrivée : 19/07/2010
Mon Prénom : Morgane
Mon Âge : 26



sara perché ti amo.
♣ Âge du Perso: 24 anni
♣ Je: suis une de celle que vous aimer quand je vous sauve la vie, et une de celle que vous détester quand je vous met en prison. Et oui, je suis agent de police, possédant ma propre équipe. Je suis brillante je l'affirme alors fait gaffe car je rêve qu'une seule chose : te passer les menottes.
♣ Carnet d'Adresses:

MessageSujet: Re: » Le soleil s’est levé et la réalité s’est installée ♦ Cassi' Mar 31 Aoû - 21:48

    Parfait, fiche validée
    Bon jeu & amuse toi bien parmit nous x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: » Le soleil s’est levé et la réalité s’est installée ♦ Cassi'

Revenir en haut Aller en bas

» Le soleil s’est levé et la réalité s’est installée ♦ Cassi'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dolce Vita ♣  :: Sono l'eroe della mia vita ♣ :: « Il Tuo Passaporto :: « Perfetto, benvenuto tra noi !-